Mon expérience de service civique international à Iquitos, Pérou

27/04/2017 – 30/09/2017

J’ai découvert le service civique international grâce à la mission locale, je n’en avais jamais entendu parler avant. Un jour, j’ai vu passer cette annonce de mission pour partir 5 mois à Iquitos, au cœur de la jungle amazonienne, au Pérou. Dans le but de participer à l’organisation du 10éme  festival «Estamos en la Calle », festival de culture urbaine et amazonienne qui se déroule sur 1 semaine. J’ai décidé d’envoyer ma candidature, sans trop savoir dans quoi j’allai m’engager, sans trop d’espoir. Le jour suivant Eurocircle m’a appelé pour me proposer un entretient prévu pour la semaine d’après. J’ai donc passé un entretien nullement préparé et le jour suivant ils m’ont appelé pour me dire que j’étais sélectionné. J’ai appris plus tard qu’ils avaient reçu seulement 10 candidatures. Je me suis rendu compte que le service civique à l’international n’était vraiment pas connu et je trouve ça bien dommage.

Je n’avais jamais pris l’avion avant ce grand voyage. Avant de partir, j’étais motivé pour changer de mode de vie, je voulais quitter ma zone de confort et découvrir de nouvelles personnes et de nouvelles cultures.

Après un voyage de plus de 20 heures, j’étais enfin à Iquitos et le choc a été brutal. La chaleur était insupportable ! Après trois nuits à l’hôtel, nous avons (avec Rémi, un autre volontaire) commencé à chercher un logement. Une semaine après notre arrivée, nous avons eu notre première réunion avec des membres de l’association « Estamos en la Calle ». Je ne parlais pas encore espagnol à ce moment-là. Je n’ai donc rien compris à cette première réunion et j’ai eu quelques doutes sur mon choix d’être venu sans parler la langue. Ces doutes ce sont rapidement dissipés. Lors d’une des réunions suivantes, nous avons appris que la date du festival avait changé et était déplacé de début Août à début Septembre. Nous avons attribué les missions de chacun, la mienne était de créer et de gérer un crowdfunding sur internet afin de récolter des fonds pour le festival. Je me suis vite rendu compte que cela n’allait pas me demander beaucoup  de travail et que j’aurais beaucoup de temps libre.

Les mois qui ont précédé le festival ont étés très tranquille car l’organisation du Festival a réellement débuté un mois avant le début. J’ai donc profité de ce temps libre pour rencontrer de nombreux amis et pour voyager en Colombie avec des Chiliens rencontrés à Iquitos. Pendant le festival, je me suis occupé de la partie graffiti. Mon rôle était la gestion du projet de muralisation (peindre un mur entier). L’association m’avait confié un budget pour toutes les dépenses (Transport, matériels, nourritures…). Ce fut deux semaines de travail intense et enrichissant.

Ce service civique m’a appris qu’il était possible de quitter ma zone de confort. Ce fut une expérience incroyable. J’ai rencontré de nombreux nouveaux amis et pu découvrir d’autres cultures et d’autres modes de vie, découvrir une ville, un pays avec une mentalité différente. Cette expérience m’a donné le goût et l’envie de voyager plus.