N°259 Octobre 2017

Édition française mensuelle  N° 259 Octobre 2017

Chers partenaires d’EUROCIRCLE

Chaque année, en septembre, le président de la Commission européenne prononce devant le Parlement européen son discours sur l’état de l’Union, dans lequel il dresse le bilan de l’année écoulée et présente les priorités pour l’année à venir. Il y expose également la manière dont la Commission s’attaquera aux défis les plus pressants de l’Union européenne.
«L’Europe a de nouveau le vent en poupe. Mais nous n’irons nulle part si nous ne profitons pas de ces vents favorables.[…] Nous devons nous fixer une orientation pour l’avenir. Comme l’a écrit Mark Twain, quand les années auront passé, nous serons plus déçus par les choses que nous n’aurons pas faites que par celles que nous aurons faites. Le moment est venu de bâtir une Europe plus unie, plus forte et plus démocratique d’ici à 2025.»

Ci-dessous quelques messages du discours sur l’état de l’Union 2017
Le vent en poupe : «Dix ans après le déclenchement de la crise, l’Europe connaît enfin un rebond économique. Et avec lui, un regain de confiance. Les dirigeants de notre Union européenne à 27, le Parlement et la Commission sont en train de remettre l’Europe au cœur de l’Union. Tous ensemble, nous remettons de l’Union au cœur de l’Union.»
Tenir le cap : «Alors que nous regardons vers l’avenir, nous ne pouvons-nous laisser dévier de notre cap. Nous devons terminer ce que nous avons commencé à Bratislava»
Lutte contre le changement climatique: «Face à l’affaissement des ambitions dont font preuve les États-Unis, l’Europe va faire en sorte de rendre grande la planète qui est la patrie indivisible de l’humanité tout entière.»
Migration: «L’Europe est, et restera le continent de la solidarité où doivent pouvoir se réfugier ceux qui sont poursuivis pour des raisons inacceptables.»
«Nous avons des frontières communes mais les États qui sont en première ligne du fait de leur situation géographique ne doivent pas être les seuls responsables de leur protection. Frontières communes et protection commune doivent aller ensemble.»
Afrique: «Il s’agit aussi de mettre en place une plus grande solidarité avec l’Afrique: l’Afrique, berceau de l’humanité, est un continent noble et jeune. Notre fonds fiduciaire pour l’Afrique, doté d’une enveloppe de 2,7 milliards d’euros, ouvre des possibilités d’emploi partout sur le continent africain.»
Mettons les voiles : «Aujourd’hui, le moment est venu de tirer les premières conclusions du débat sur l’avenir de l’Europe. Le moment est venu de passer de la réflexion à l’action. Du débat à la décision. Je voudrais aujourd’hui vous présenter ma vision: mon sixième scénario à moi.» «Pour moi, l’Europe est un projet plus vaste que le simple marché unique, la monnaie, l’euro. Elle a toujours été une question de valeurs. »
D’est en ouest: «l’Europe s’étend de Vigo en Espagne à Varna en Bulgarie. D’est en ouest: l’Europe doit respirer avec ses deux poumonsSinon, notre continent risque de manquer de souffle».
Zone euro : «Si nous voulons que l’euro unisse notre continent plutôt que de le diviser, il faut lui donner une autre envergure que la monnaie d’un petit club de pays. L’euro a vocation à devenir la monnaie unique de toute l’Union européenne.»
Lutte contre le terrorisme: «J’appelle à la création d’une cellule européenne de renseignement chargée de veiller à ce que les données relatives aux terroristes et aux combattants étrangers soient automatiquement échangées entre les services de renseignement et avec la police.»

 Retrouvez les autres points essentiels du discours du président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker sur le site internet de la commission Européenne : http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-3164_fr.htm.

La rédaction