Vers une réduction des plastiques en Europe

La Commission européenne a dévoilé un projet pour limiter l’usage des plastiques a usage unique en Europe.

Pourquoi avons-nous besoin d’une stratégie européenne sur les plastiques?

Chaque année, les Européens génèrent 25 millions de tonnes de déchets plastiques, mais moins de 30% sont collectés pour le recyclage. Seulement 5% de la valeur des matériaux d’emballage en plastique est réinjecté dans l’économie, le reste est perdu après un premier usage très court. Le plastique non recyclé met des centaines d’années à se dégrader et à travers le monde, les plastiques représentent 85% des déchets échouant sur les plages. De plus, des millions de tonnes de déchets plastiques terminent chaque année dans les océans et constituent l’un des signes les plus visibles et alarmants des problèmes générés par la pollution. De plus, des microparticules de plastique se retrouvent dans nos assiettes et notre organismes, dans l’air que nous respirons et l’eau que nous buvons, ce qui engendre des conséquences négatives pour notre santé.
Après avoir abordé la question des sacs plastiques en 2015, quelles sont les nouvelles étapes proposées par la Commission européenne?
Après avoir abordé les sacs plastiques en 2015, la Commission européenne propose désormais de nouvelles règles à l’échelle de l’UE pour cibler les 10 produits plastiques à usage unique les plus souvent trouvés sur les plages et mers d’Europe, ainsi que les engins de pêche perdus et abandonnés, qui sont estimés comme 70% des déchets marins en Europe.

Quelles sont les nouvelles mesures?

Les produits en plastique à usage unique (comme les cotons tiges en plastique, les couverts, les assiettes, les pailles, les agitateurs à boissons et les bâtons pour les ballons), qui sont facilement disponibles et abordables, seront interdits sur le marché.

Pour les produits sans solutions alternatives directes, l’objectif sera de limiter leur utilisation par une réduction nationale de la consommation. Par exemple les États membres devront réduire l’utilisation de gobelets en plastique en fixant des objectifs nationaux de réduction et en proposant des produits alternatifs dans le commerce ou faire en sorte qu’aucun produit en plastique à usage unique ne puisse être fourni gratuitement.

L’UE veut aussi poser des obligations incombant aux fabricants de plastique. Les industries seront incitées à développer des alternatives moins polluantes pour des produits comme les récipients alimentaires, les paquets et les emballages (comme les chips et les bonbons), les gobelets et les tasses, les mégots, les lingettes, les ballons, et les sacs en plastique légers.

L’Union pose des objectifs de collecte, c’est-à-dire que les États membres seront obligés de collecter 90% des bouteilles de boissons en plastique à usage unique d’ici 2025.

Elle prévoit également des exigences en matière d’étiquetage, c’est-à-dire que certains produits, comme les serviettes hygiéniques, les lingettes humides et les ballons, nécessiteront un étiquetage clair et standardisé afin de réduire l’impact environnemental négatif de ces produits et la présence de plastiques dans ceux-ci.

Les États membres seront tenus de sensibiliser les citoyens à l’impact négatif des détritus de plastique à usage unique et des engins de pêche, ainsi que de présenter des options alternatives pour ces produits.

Quels sont les objectifs de ces mesures?

Les principaux objectifs de cette stratégie sont :

  • Rendre le recyclage rentable pour les entreprises
  • Réduire les déchets plastiques
  • Éliminer le dépôt de déchets en mer
  • Stimuler les investissements et l’innovation dans l’économie verte
  • Encourager les comportements vertueux pour l’environnement partout dans le monde

La toute première stratégie européenne sur les plastiques fait partie de la transition vers une économie plus circulaire car, d’une part, elle protégera l’environnement de la pollution par les plastiques mais favorisera également la croissance et l’innovation.