Doriane et Selim sont rentré de leur Service Civique au Liban

Doriane est partie au Liban en tant que volontaire en service civique international du 7 juillet au 11 décembre 2016. Elle est accueillie par l’association INSAN, à Beyruth et organise des activités sportives, artistiques, culturelles avec des enfants libanais, palestiniens et syriens. Chaque jour, en s’amusant et en créant, ces enfants d’origines différentes dialoguent autour de thématiques diverses. Voici son témoignage à son retour.

« Je suis partie en service civique au Liban avec Eurocircle en juillet 2016 pour six mois.

Ce volontariat m’a permis d’intégrer l’association INSAN à Beyrouth qui agît en faveur de la protection des droits de l’homme et particulièrement ceux des populations vulnérables comme les réfugiés et les travailleurs domestiques migrants.

Ce fut une expérience très enrichissante qui m’a permis à la fois de voyager mais aussi de m’engager pour une association libanaise.

Le Liban est un magnifique pays. Il est enclavé entre la Syrie et Israël, bordé par la Méditerranée. Sa superficie ne fait qu’un tiers de la région PACA. C’est donc un tout petit pays mais le climat y est très agréable. Ses habitants y sont très accueillants et la cuisine y est délicieuse. Il s’agit d’un pays qui abrite une population de 4 millions d’habitants. Ces derniers appartiennent à de nombreuses communautés religieuses et ethniques qui cohabitent ensemble.

Le Liban a été marqué par 30 ans de guerre civile, et il existe encore quelques tensions communautaires palpables. C’est en observant ce phénomène que nous avons eu l’idée avec Sélim de créer un projet dans le cadre de l’association INSAN qui avait pour objectif de lutter contre le racisme. Nous avons donc mis en place un projet avec l’accord du directeur d’INSAN. Ce dernier avait pour but de lutter contre le racisme au Liban, et ciblait des enfants Libanais et Palestiniens. Ce projet prenait place trois jours par semaine. Nous avions donc pour mission de réaliser des activités pour ces enfants et de gérer tout l’aspect organisationnel du projet (transport, goûter, plannings…). Nous réalisions avec eux des activités sportives, mais aussi artistiques. Travailler avec des enfants est vraiment très enrichissant.

Nous travaillions également tous les jours au sein du siège d’INSAN pour préparer des activités, des projets et effectuer des recherches pratiques pour la directrice du pôle recherche et plaidoyer. Cela nous a permis d’aborder la problématique des réfugiés sur un angle plus théorique.

Enfin nous participions en tant que volontaires à un projet pour des enfants réfugiés syriens une fois par semaine. Il s’agissait de se rendre auprès de groupes de réfugiés isolés autour de Beyrouth avec un bus mobile spécialement aménagé pour le projet. Nous aidions une équipe d’animateurs à mettre en place des sessions d’animation pour les enfants (spectacle de marionnettes, animation, danse, jeux…).

Cette expérience au Liban m’a apporté beaucoup. Les possibilités qu’offre le service civique sont immenses et de nombreuses initiatives peuvent être prises par les volontaires. C’est l’occasion de découvrir le monde et pourquoi par d’apprendre à parler une nouvelle langue. Vivre six mois dans un pays étranger permet de réellement s’y attacher, et au Liban on se sent vite chez soi. Vivre quotidiennement dans un environnement culturel différent permet de se remettre en question et de changer sa vision du monde. Travailler pour une association étrangère permet également de découvrir le monde du travail à l’étranger et de se sentir utile en aidant les autres. J’encourage donc tous les jeunes à saisir cette chance de partir pour s’engager dans une cause associative mais également de découvrir le monde. »

Selim

Sélim est parti avec Doriane, il est donc aussi volontaire en service civique du 7 juillet au 15 décembre au Liban, à Beyruth, dans l’association INSAN. Comme elle, ils animent des ateliers culturels, artistiques et sportifs mélangeant enfants d’origine palestinienne, syrienne et libanaise.

Voici son témoignage à son retour :

« J’ai fait un service civique de 6 mois au Liban au sein de l’ONG INSAN, je vivais à Beyrouth. Lors de ce volontariat, j’ai monté un projet avec une autre volontaire qui était également en service civique. Ce projet avait pour objectif de lutter contre le racisme entre libanais et réfugiés. Nous mélangions des enfants de 10 à 14 ans d’origine libanaise, syrienne et palestienne lors d’activités ludiques et sportives. Ce projet s’organisait 3 fois par semaine avec 3 groupes composés en moyenne d’une quinzaine d’enfants.

J’assistais également la responsable juridique de l’ONG, nous faisions des rapports concernant la situation des civils workers  et des refugiés afin de sensibiliser le gouvernement libanais sur leurs situations et de faire évoluer leur statut juridique.

De plus, nous organisions des sorties de manière hebdomadaires avec un bus dans des camps de réfugiés difficile d’accès à côté de la ville de Zahlé. Ce bus était équipé afin de nous  permettre de faire des activités aux enfants et était aussi équipé afin de faire un soutien psychologique des enfants avec des jeux et une équipe compétente.

Ce volontariat est une très bonne expérience le fait de vivre à l’étranger particulièrement au Liban ou le multiculturalisme est omniprésent que ce soit par la pratique quotidienne de trois langues (le français, l’anglais, l’arabe) ou les  différentes religions  (18 sont reconnus par l’Etat).

En plus d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger le service civique m’a permis de peaufiner mon projet professionnel par une expérience de terrain qui change de l’enseignement théorique que j’avais reçu auparavant.

Finalement, le fait d’avoir fait un service civique est très enrichissant d’un point de vue humain par notamment la découverte d’un pays de sa culture, mais aussi d’un point de vue professionnel ou une expérience professionnelle à l’étranger est bien vue auprès de futurs employeurs, par exemple après mon service civique j’effectue un stage en Egypte et mon expérience au Liban a été un décisif pour l’employeur. »