This is not a goodbye

Mon nom est Jack Treacher, volontaire écossais au Centre d’Information Europe Direct de Marseille. Ironique qu’un citoyen de Sa Majesté travaille à la promotion de l’Europe alors que son pays est en train de mettre un pied en dehors de l’Union, me direz-vous sûrement ? Et bien c’est précisément la raison qui me pousse à informer le public sur ce que fait l’Europe et comment elle améliore le quotidien de ses 500 millions d’habitants.

Le processus actuel de retrait britannique a exposé des promesses des militants Brexit pour des mensonges – c’est sans précèdent pour un pays très riches dans l’époque moderne a planifié pour une pénurie possible des aliments et des médicaments.

L’impasse dans laquelle se trouve actuellement mon pays est sans précédent, et résulte en partie des mensonges et des fake news qui ont été manipulées par les partisans du Brexit. On se rend maintenant compte que notre pays, qui a jadis dominé la moitié du monde, court aujourd’hui le risque d’une pénurie de nourriture et de médicaments à cause de la fermeture des frontières qu’entrainerait le Brexit.

Mais laissez-moi quand même insuffler l’optimise :  par exemple le Royaume-Uni a le mouvement pro-européen le plus actif d’Europe ! Surtout, j’ai beaucoup confiance dans la jeunesse britannique, dont la majorité ne partage pas l’euroscepticisme de leurs aînés. Nous sommes une génération moderne et ouverte comme n’importe où dans le monde ! Quand on a de la chance, on peut partir en Week-end à Nice où à Barcelone, sinon on regarde des séries scandinaves en mangeant du chorizo ou de la brie, avec nos copains polonais ou romains. C’est ça l’Europe : la liberté de circulation des services, des biens et des personnes !

Malgré l’archarnement des partisans du Brexit, le Royaume-Uni, a toujours été, est et sera un pays européen. Il n’y a qu’à prendre notre langue, la plus parlée au monde : elle est née des dialectes germaniques dans le nord-ouest de l’Allemagne. Mais l’invasion Normande en 1066 a fait que presque 60% de son vocabulaire est d’origine soit française ou soit latine.

Quand on pense aux grands personnages britanniques de l’histoire, c’est évident que l’Europe les as profondément inspirés ! William Shakespeare a fixé ses grandes pièces dans des lieux comme Vérone, le Roussillon ou au Danemark. Des philosophes comme Thomas Hobbes, David Hume et Adam Smith ont enseigné en France. George Orwell, l’auteur du roman 1984 a combattu en Catalogne contre les forces de Franco. On dit souvent que Churchill a pu tenir face à Hitler grâce au bon Cognac français qu’on lui servait dès le petit-déjeuner. Sans oublier, The Beatles, qui ont commencé leur carrière ensemble dans les clubs de Hambourg.

Alors nous, Britanniques, disons à bientôt l’Europe pour le moment, mais certainement pas adieu. Citons les paroles de cette chanson emblématique de Vera Lynn en 1939 « on se retrouvera, je ne sais pas où, je ne sais pas quand, mais je sais qu’on se retrouvera un jour ensoleillé ». C’est un peu comme la Édith Piaf française, sauf qu’elle, elle dit seulement qu’elle ne veut pas travailler ! J.T.